Salle Alain Carillon

  • La Salle Polyvalente. Pour avoir parcouru le dossier, gentiment prêté par la Mairie, du projet de la construction de la salle, je ne rentrerai pas dans tous les détails mais simplement constater que les personnes de l'époque qui ont oeuvré et participé pour que le projet aboutisse ont eu une sage décision à prendre au bon moment. En bref, cela n'a pas été une "partie de plaisir". Je vais vous en retracer l'historique simplifié.
  • En 1936 la commune de St-Loup-de-la-Salle édifie un Foyer familial qui s'adaptait aux exigences de l'époque:réunions, banquets des sociétés, etc.... et à cette époque était utilisée une salle, (Tixier puis Chicault), de bals et de spectacles privés qui jusqu'au début des années 1960 permettai aux sociétés d'organiser leurs concerts, arbres de NOEL, séances théâtrales et bals. En 1947 naîtra la 1ère société sportive des deux comunes et rapidement, peu de temps après sa fondation elle se spécialisera et prendra une dominante: le Basket Ball.
  • En ces temps "lointain" on jouait par tous les temps et dehors. Il aurait été du domaine de l'utopie de prétendre que dans un avenir proche, tennis, hand-ball et basket-ball deviendraient des sports de salle. Pourtant en Saône et Loire deux clubs avaient déjà franchi le pas: le CSA et la Vaillante d'Autun qui, tous deux, pratiquaient le basket en salle. Tout allait bien dans le meilleur des mondes: conserts,spectacles de la Fanfare, arbres de NOEL des écoles, etc...se déroulaient dans de bonnes conditions(toujours dans la salle Chicault). Puis ce fut la rupture, alors il fallut se rabattre sur le Foyer. Mais il n'était pas adapté à sa nouvelle fonction et simplement le Conseil Municipal lui annexera une cuisine et un bar faute de pouvoir pratiquer son extention. En effet cette propriété communale est enclavée dans des propriétés voisines privées.
  • Enfin survint le phénomène sportif et s'affirmait la tendance de la construction de salles à caractère spécifiquement sportif dans les zones urbaines et polyvalentes en milieu rural. Une 1ère intervention à la DDJS permit une mise en état du terrain de sports qui n'était pas goudronné et un effort inter communale engendrait une électrification décente. Un espoir temporaire se manifesta: l'acquisition de la carcasse métallique d'une usine qui se démontait mais les finances insuffisantes du club et l'absence de subvention le stoppait. Suivit la période d'expansion démographique des deux communes, le Regroupement Pédagogique, l'absorption de tous les locaux disponibles, la création en 1980 du SIVOM des Deux Rives et l'exigence de plus en plus aigue d'un ensemble culturel et sportif. Le CSLG évoluait avec 10 équipes(en 1959 il n'en comptait que 2). Le Foyer était dangereusement comble pour les arbres de NOEL et les manifestations culturelles et sportives n'y pouvaient séjourner.
  • Fin 1981 une proposition de programmation et de subvention du Conseil Régional était faite, suivie immédiatement par l'acceptation. Ainsi étaient déterminés les premiers éléments de ce qui devient chaque jour un peu plus l'oeuvre considérable de 4 Conseils Municipaux sur deux communes. En effet, la phase de réflexion dura de Mai 1982 à Mars 1983(élection oblige).
  • Parallèlement à une profonde réflexion sur la nécessité de créer un ensemble polyvalent, naissait un projet de vente de la ligne et des bâtiments S.N.C.F.
  • Le 13 Avril 1982 la commune de St Loup acheta l'ensemble des biens S.N.C.F, des terrains, trois maisonnettes et une gare de marchandises,(à noter que la gare des voyageurs avait été vendue antérieurement par la S.N.C.F à un particulier). Elle conserve le terrain face à la gare ainsi que celui entourant la gare de marchandises, ceci en prévision future d'une construction de 6 pavillons individuels et de 11 pavillons locatifs. Ce court résumé de l'épisode"biens S.N.C.F"nous permet d'aborder le projet salle polyvalente. Il s'est révélé que l'ancienne gare de marchandises pouvait servir de base à l'élévation de l'édifice tant rêvé. Point important: ce projet dès son départ a été envisagé au niveau du SIVOM, les deux communes ayant les mêmes besoins et objectifs au niveau sportif et culturel. Le terrain sur lequel se trouve implanté la gare de marchandises deviendra SIVOM.
  • Un 1er contact fut pris avec un bureau d'études qui étudia de quelle façon rationnelle pourrait être réutilisée la carcasse de la gare de marchandises et la complexité du projet et l'incertitude technique de celui-ci ne permit pas aux deux communes de donner une suite favorable à l'étude. Le cabinet d'architecture associé à l'étude ne désespéra pas et entreprit une étude d'architecture beaucoup plus dépouillée, ne conservant que les murs Ouest, Sud et nord(voir photo). En février 1982 un projet fut présenté(voir photo, façade Est). Le projet était grandiose, certains l'appellent encore"le projet cathédrale" et malheureusement, le coût chiffré s'élevait en février 82 à 3 000 000F. Devant une telle somme le SIVOM battit en retraite.
  • Le cabinet d'architectes ne désarma pas et repartit à l'assaut pour proposer à nouveau au SIVOM en Mars 83 un projet plus réaliste par rapport aux possibilités des deux communes. Le 1er Juillet 83, suite à un appel d'offres très ouvert, dernier prix, la barre était fixé trop haut: 2 517 525F de coût des travaux et à cela il fallait additionner les horaires du cabinet d'architecture, de la société d'équipement etc... et le SIVOM une nouvelle fois battait en retraite. Suite à une 3ème tentative infructueuse le 21 Juillet 83 le cabinet remodifia une nouvelle et dernière fois le projet en modifiant certains points d'aménagement par rapport aux projets initiaux. C'est ce projet qui a été retenu pour un coût des travaux et arrêté du dernier appel d'offre du 2 Septembre 83 de 1 991 932F. Coût total de la salle Polyvalente: 2 393 863F. 
  • Conclusion, le montant des subventions et de la récupération de la TVA se chiffrent à 1 773 000F pour un coût global de 2 393 000F, soit 75%. Il aurait été "illogique" de ne pas avoir tout tenter pour mener à terme le projet.
  • 1982, acquisition de la gare de marchandises.
  • La démolition de la toiture(enlèvement des tuiles, dépose des chevrons, de la charpente et du pignon Est) a été réalisée par des bénévoles élues ou non et qui ont permis de réaliser 20 000F d'économie(voir photo).
  • Le 4 Novembre 1983, début des travaux(voir photo)
  • Le 8 septembre 1984, inauguration de la salle polyvalente.
  • Le 13 Juillet 1996, la salle Polyvalente est baptisée, Salle Alain Carillon.
  • ALORS
  • POURQUOI LA SALLE ALAIN CARILLON?
  • Alain a vécu son enfance tout d'abord à Géanges puis à St Loup-de-la-Salle dans l'appartement de la Mairie où son père, Pierre, en était l'instituteur et le secrétaire de Mairie aidé dans sa tâche par son épouse Huguette. Comme sa soeur Françoise, Alain avait eu son père comme instituteur en CE2, CM1 et CM2 avant de poursuivre ses études au Collège de Chagny. Dès sa plus jeune enfance il commençait a taper du ballon de basket, comme tous ses camarades de classe, tous les jours sur l'ancien terrain. Il gagnait, avec ses équipiers et dans différentes catégories jeunes, plusieurs titres de Champion de Saône et Loire. Il fut sélectionné en équipe de Saône et Loire et de Bourgogne puis a été détaché à Verdun/Doubs et à l'ELan Chalon en Cadets. Très bon technicien il avait en plus une très bonne vision du jeu qui lui servira un peu plus tard(arbitre) et malheureusement pas assez longtemps pour exprimer tout son talent.
  • Repéré par l'ASPTT il prend la direction de Dijon, pour jouer, il joua en N4, arbitrer et entraîner plusieurs équipes. très vite il s'affirmera dans le corps arbitral et franchira rapidement les échelons, tant au niveau régional que fédéral où il était promis à un brillant avenir.
  • Pour la petite histoire, je l'ai vu arbitrer en début de l'année 1982, un match à Chalon/Saône qui opposait l'Elan CHALON au CSP.LIMOGES avec son armada de joueurs, les Richard DACOURY, Ed MURPHY, Jean-Michel SENEGAL et Apollo FAYE qui fut cette année -là Vainqueur de la Coupe de France et Vainqueur du 1er titre Européen, la Coupe KORAC avec au commande André BUFFIERE.
  • Alain nous quittait prématurément en cette année 1982 lors d'un stage arbitral à POITIERS à l'âge de 22 ans. Pendant ce stage, il reçut une convocation pour arbitrer un tournoi international au PORTUGAL: il ne la lira jamais.
  • Suite à une décision du SIVOM(merci Bernard Lacombre) la salle polyvalente fut baptisée Salle Alain Carillon. En tapant cet article j'ai une pensée pour ses copains, eux aussi trop tôt disparus, Gilles Sauvageot et Jean-Jacques Magnien tous les deux de la même classe qu'Alain et de la mienne. C'est à Françoise, sa soeur, que revenait l'honneur de dévoiler la plaque au nom de son frère le Samedi 13 Juillet 1996.
  • A mon Copain Alain et à mon Ami Pierre.

 

févr.
13:30
Salle Alain Carillon, Saint Loup Géanges
Venez nombreux, plus de 3000€ de lots seront mis en jeu.  Buvette et restauration sur place.   Loto organisé par le club de basket de Saint Loup Géanges afin de financer le bon fonctionnement de l'association. Lire la suite